• Paris d'Exil

Dans les rues à Paris ? - In the Paris streets?


Un campement de rue – le dernier aussi visible de Paris – a été évacué le 15 mars dernier de devant l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, près de la Gare d’Austerlitz à Paris. Les personnes ont été “mises à l’abri”, et le balai habituel a fonctionné, police, hommes en blanc, pelleteuses.

La fin de la trêve hivernale – c’est sérieusement une des raisons qui ont été données – va s’accompagner d’une interdiction de distribuer de la nourriture dans le quartier de Pajol.

Cette décision a été réaffirmée lors du conseil de quartier La Chapelle-Marx Dormoy, par l’adjoint au maire du 18ème en charge des affaires sociales, de l’hébergement d’urgence et de la lutte contre les exclusions (PCF) lui écrire.

Monsieur Briant, c’est son nom, a même annoncé que les choses allaient s’accélérer sous peu. Comme un triste écho à la situation à Calais – que ce même Monsieur Briant a pourtant vivement dénoncée.

Deuxième écho, hier matin, alors même que le collectif P’tit déj à Flandres distribuait, des agents de la Mairie de Paris sont intervenus pour… dépiauter le banc ! Parisiens, parisiennes, attention : bientôt vos rues n’auront plus de trottoirs ; car c’est bien connu, ils attirent les migrants.

Des centaines de personnes continuent à subsister dans la rue, largement disséminées dans l’ensemble du 18ème et autour de la Porte de la Chapelle (pour celles qui souhaitent entrer dans le Centre). Et de manière bien moins visible, dans toute la ville.

Il y a en ce moment beaucoup de mineurs sans aucune solution, bien que des réseaux d’hébergement solidaire subsistent et qu’Utopia 56 paye régulièrement des mises à l’abri temporaires à l’hôtel.

Nous manquons d’hébergeurs pour les vacances de printemps, n’hésitez pas à nous écrire !

An encampment in the street in front of the hospital Pitié-Salpêtrière, close to Gare d’Austerlitz inParis, was cleared on 15 March. The evicted people were offered an emergency shelter and the cleanup took place normally, with police, men in white, and mechanical diggers.

The end of the winter truce is followed by the ban on the distribution of food in the Pajol neighbourhood.

This decision was confirmed by the deputy mayor of 18th arrondissements, also in charge of social affairs, emergency accommodation and fight against exclusion (PCF, French Communist Party) (to write to him, see “Digital activism”).

Another element.... yesterday morning, while the collective P’tit déj à Flandres was distributing food, the officers of the Paris municipality intervened to… remove the street bench used as a distribution counter!

Hundreds of people keep on surviving in the streets, scattered all over the 18th arrondissement, mainly around Porte de la Chapelle for those who hope to access the Centre. But they are also spread all over the city, though less visibly.

There are currently a lot of minors without any accommodation, even though there are still networks of solidarity accommodation and the association Utopia 56 regularly pays for emergency accommodation in hotels.

We need hosts for the Spring holiday, do not hesitate to contact us!


0 vue

© 2016-2020 Paris d'Exil, tous droits réservés / Mentions légales / Nous contacter / Recevoir nos emails

website © Oriane Seb

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle