• Paris d'Exil

Fermer les yeux n’est plus une option

Face à la maltraitance d’État à l’égard de milliers de personnes exilées fermer les yeux n’est plus une option


“En France je n’existe pas”, "ici on est moins bien traités que des animaux", "c'est le seul pays en Europe où j'ai dormi dehors", "pourquoi est-ce que la police est violente avec nous ? On a rien fait, on veut juste un logement" Pourquoi la police m'a arrêtée je n'ai rien fait de mal? " - les témoignages des personnes exilées sur leurs conditions de vie en France sont nombreux et sans appel. Pourtant, l’État français pousse toujours plus loin sa politique de non-accueil : l’inaction des pouvoirs publics, la militarisation des frontières, et l’usage systématique de la force précarisent toujours davantage les personnes exilées, leur imposant l’errance.

Le 16 novembre 2021, la Commission d'enquête parlementaire sur les migrations, présidée par le député Sébastien Nadot, publiait un rapport sur la politique migratoire française et y dénonçait les maltraitances d’État envers les personnes exilées. Le 1er février 2022, Marlène Schiappa déclarait “Notre politique n'est pas guidée par les chiffres, elle est guidée par un devoir d'humanité”. Pourtant niant le droit international et les droits fondamentaux, l'État utilise la force au service de politiques inhumaines et dégradantes depuis des dizaines d’années : abris précaires démolis, tentes déchirées, distributions alimentaires interdites, cuves d’eau percées, poursuites en montagne, évacuations sans fin et sans relogement...

Afin de dénoncer ces agissements et alerter sur la situation, un collectif de personnes solidaires lance une campagne d’affichage pour que chaque citoyen et citoyenne prenne connaissance des méthodes alarmantes employées par l’État.

Jeudi 10 février au matin, à Paris, Briançon, Calais, Menton mais aussi au Pays Basque, à Strasbourg, à Rennes et dans plus de 50 villes et villages en France il ne sera plus possible d’ignorer cette situation dramatique. Fondées sur des éléments factuels et des photographies, les vingt affiches collées par plus de 300 personnes nous interpellent : comment peut-on continuer à pratiquer le contrôle au faciès, les refoulements illégaux, le non-accueil des mineur.es isolé.es, les expulsions incessantes, le vol de biens personnels systématique ? Comment peut-on continuer à compter les mort.es des frontières, commémoré.es dimanche 6 février partout dans le monde ?

Sur chaque affiche, un QR code est apposé et renvoie vers un dossier dans lequel nous invitons les citoyen.nes à prendre connaissance de la campagne et à la relayer comme les associations/collectifs qui partagent nos interrogations et indignations et qui la publieront également sur les réseaux sociaux. Pour agir chacun.e peut aussi se tourner vers les collectifs signataires.


Un autre discours que celui qui vise à créer un climat de défiance et de haine est possible !

Cette initiative citoyenne est soutenue par les associations et collectifs suivant.es :

Actions Féministes Tours • Actions Refugees Paris • Association pour la démocratie à Nice • Association Wise • ATTAC Flandre • Calais Food Collective • Citoyen.nes en lutte Ouistreham • Citoyen.nes solidaires de Montpellier • Collages Refugees Rennes • Collages féminicides Reims • Collages féministes Angers • Collages féministes Aix • Collages féministes Bordeaux • Collages féministes Boulogne • Collages féministes Chambéry • Collages féministes Dijon • Collages féministes Laval • Collages féministes Montreuil • Collages féministes Nice • Collages féministes Orly • Collages féministes Poitiers • Collages féministes Rouen • Collages féministes Strasbourg • Collages féministes Toulouse • Collages féministes Vienne 38 • Collages féministes 68 • Collectif antifasciste tourangeau • Collectif de citoyen.nes solidaires de Briançon • Collectif de citoyen.nes solidaires de Grenoble • Colleuses de Vitry-sur-Seine • Comité de soutien pour Mimmo Lucano • Jeunes féministes 62500 • Faim aux frontières • Fédération Etorkinekin Solidarité Migrants Pays Basque & Sud Landes • Génération.s • Human Rights Observers • Jeunes engagés Chambéry • L’Auberge des migrants • L'Autre cantine, Nantes • NousToutes Paris 9/10/18 • Paris d’Exil • Project play • Projet Shanti • Refugee women’s centre • Roya Citoyenne • Solidaires 05 • Solidaires 53 • Utopia 56 • Witch Bloc Nancy

36 vues