• Paris d'Exil

DÉCLARATIONS


Quelques extraits de discours

Déclaration conjointe avec le premier ministre de la Bulgarie (6/06/17)

« L’Europe qui protège c’est aussi le sujet des migrations et de la protection à nos frontières, et à cet égard la Bulgarie, par sa situation géographique, est particulièrement exposée et, je dois le dire, a conduit un travail remarquable ces dernières années, pour faire face au défi migratoire. »

Discours à la cérémonie de naturalisation (27/07/17)

« Mais l’ensemble de ce qu’on appelle affreusement les migrants aujourd’hui, ce ne sont pas tous des femmes et des hommes qui demandent l’asile, et qui viennent d’un pays où leur vie est menacée, il y en a beaucoup […] qui viennent de pays sûrs […] et là, nous devons être rigoureux, et parfois intraitables, rigoureux avec celles et ceux qui viennent par ces voies, et qu'on ne peut pas tous et toutes accueillir […]. »

« Il y a aujourd'hui, au moment où je vous parle, entre 800.000 et 1 million de femmes et d'hommes qui attendent dans les camps en Libye. Pensez-vous que ce sont [des] réfugiés demandant l'asile politique ? Non, beaucoup, beaucoup viennent de pays où les difficultés économiques, la manipulation, parfois, la crédulité les ont conduit à suivre des voies dangereuses. Mais ils viennent de pays qui ne risquent rien […] et erreront de pays en pays en Europe pour se faire expliquer à chaque fois qu'ils n'ont pas le droit à l'asile, nous devons donc l'expliquer et prévenir cela. »

« J’ai souhaité que nous prolongions les contrôles aux frontières intérieures […] je souhaite que le système Schengen soit modifié pour permettre le rétablissement de ces contrôles en cas de crise migratoire. »

« Il est rare, quand on est véritablement réfugié, qu’on soit gêné par trois ou quatre mois dans les rues de Paris pour vous parler crûment. »

Déclaration conjointe - relever le défi de la migration de de l’Asile (28/08/17)

« Le code de conduite en matière d’opérations de sauvetage en mer constitue une avancée bénéfique permettant d’améliorer la coordination et l’efficacité des sauvetages. Les chefs d’État et de gouvernement appellent toutes les ONG opérant dans la zone à signer le code de conduite et à s’y conformer. »

Discours aux préfets (05/09/17)

« Longtemps, je le sais, le dogme a été de dire « laissons faire la queue pendant des matins et des matins pluvieux à celles et ceux qui viennent demander l’asile, ça va les décourager ». […] Mais qui a traversé l’Afrique et la Méditerranée, qui revient d’Afghanistan ou que sais-je, n’est pas découragé par les matins à la préfecture ou la préfecture de Police, je vous le dis très franchement. On peut continuer très longtemps, ça ne marche pas, ça ne marche plus. »

« Enfin, nous sommes inefficaces dans l’expulsion, la reconduite aux frontières de celles et ceux qui […] n’ont pas l’accès au titre. Nous reconduisons beaucoup trop peu ! Y compris [vers] certains pays que nous aidons massivement ! »

« Mais concrètement, ça signifie que, dès que vous procéderez à la mise à l’abri ou à l’hébergement des migrants, il faut engager simultanément l’évaluation administrative, l’examen de leur situation pour être en mesure de prendre rapidement une décision sur leur statut. Pour cela, je vous demande d’organiser des déplacements des agents des préfectures, de l’OFII et de l’OFPRA dans les centres d’hébergement, et de mobiliser également les associations sur cette demande. C’est indispensable, et c’est un changement profond. »

« J’ai entendu dire, par ailleurs, que vous pouviez parfois rencontrer des réticences chez certains de ces acteurs. Si tel est le cas, vous m’aurez à vos côtés. Je comprends toutes les associations qui défendent les migrants lorsqu’on les traite de manière indigne. […] Mais je n’accepterai jamais que, lorsque l’administration vient faire son travail […] une association puisse empêcher à l’administration de le faire. C’est cette double exigence que nous devons tenir. […] Et aujourd'hui, certaines associations ont un discours qui se nourrit de notre inefficacité. Ayons cela en tête ! Nous avons donc être efficaces à tous égards. »

Discours devant l’Assemblée générale de l’ONU (20/09/17)

« Le réfugié, le déplacé, ou celui qu'on appelle tristement le “migrant”, est en réalité devenu le symbole de notre époque. Le symbole d’un monde où aucune barrière ne pourra s'opposer à la marche du désespoir, si nous ne transformons pas les routes de la nécessité en route de la liberté. Ces migrations sont politiques, climatiques, ethniques ; ce sont à chaque fois ces routes de la nécessité. »

Discours Initiative pour l’Europe (26/09/17)

« Ça n’est qu’avec l’Europe que nous pourrons efficacement protéger nos frontières, accueillir dignement ceux qui ont droit à l’asile, les intégrer réellement, et dans le même temps renvoyer rapidement ceux qui ne sont pas éligibles à cette protection. »

« Je souhaite que soit créé un véritable Office européen de l’asile […] car on traite aujourd'hui en France des dizaines de milliers de demandes d’asile que nos partenaires européens ont déjà refusées ; que l’on établisse progressivement une police des frontières européennes qui garantisse […] une gestion rigoureuse des frontières et assure le retour de ceux qui ne peuvent rester. »


0 vue

© 2016-2020 Paris d'Exil, tous droits réservés / Mentions légales / Nous contacter / Recevoir nos emails

website © Oriane Seb

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle